RITPU | IJTHE

Revue internationale des technologies en pédagogie universitaire

International Journal of Technologies in Higher Education

Rethinking the relationship between plagiarism and academic integrity

Repenser la relation entre le plagiat et l’intégrité académique
Sandra Jamieson - Drew University, US
Rebecca Moore Howard - Syracuse University, US
Télécharger l'article au complet

Abstract

The term academic integrity is in widespread use, and while there has been much debate about what is included under that term and how we measure and encourage integrity in an academic context, no specific definition has been codified and universally accepted. This article reviews the historical evolution of the phrase through scholarship beginning in the 1960s, its shifting definition as an ethical or moral concept, and the ways in which it is currently being used, with a focus on the logics by which textual errors came to be classified as moral lapses. This article also provides analysis of students’ textual errors as they work from sources. Based on these analyses, we advocate bringing together all cheating behaviors, including academic ghostwriting, under the umbrella of academic integrity and calling them cheating, plain and simple. At the same time, we contend that textual errors such as patchwriting and faulty citation should be removed from the moral category of academic integrity and treated as instances of bad writing to be remedied by pedagogy, not punishment.

Résumé

Le terme « intégrité académique » est largement utilisé, et bien qu’il y ait eu de nombreux débats sur ce qui est inclus sous ce concept et sur la façon dont nous mesurons et encourageons l’intégrité dans un contexte académique, aucune définition spécifique n’a été universellement acceptée. Cet article examine l’évolution historique du concept à partir des années 1960, sa définition changeante en tant que concept éthique ou moral, et les façons dont elle est actuellement utilisée, en mettant l’accent sur les logiques par lesquelles les erreurs textuelles en sont venues à être considérées comme des fautes morales. Cet article fournit également une analyse des erreurs textuelles des étudiants lorsqu’ils travaillent à partir de sources. Suite à ces analyses, nous préconisons de rassembler tous les comportements de tricheries, y compris le prête-plume académique, sous le parapluie de l’intégrité académique et de les appeler tricherie, purement et simplement. En même temps, nous soutenons que les erreurs textuelles telles que le « patchwriting » et les citations erronées devraient être retirées de la catégorie morale de l’intégrité académique et traitées comme des cas de mauvaise écriture qui doivent être corrigés par la pédagogie, et non par la punition.

Date de publication : 2019-09-05

DOI : https://doi.org/10.18162/ritpu-2019-v16n2-07

Jamieson, S. et Moore Howard, R. (2019). Rethinking the relationship between plagiarism and academic integrity. Revue internationale des technologies en pédagogie universitaire, 16(2), 69. https://doi.org/10.18162/ritpu-2019-v16n2-07